La Diet

Avez vous entendu parlé de la Ration Humaine?

 » Nous subissons depuis quelques années un bouleversement de nos habitudes alimentaires. Notre alimentation quotidienne est bien souvent trop déséquilibrée : nos repas sont jugés en général faibles en valeur nutritives et sont en effet trop riches en graisses animales et viandes ainsi qu’en sucres simples d’absorption rapide et pas assez fournis par exemple en céréales et légumes secs.  A ces déséquilibres alimentaires s’ajoute souvent une mauvaise hygiène de vie car nous sommes nombreux à ne pas faire assez d’exercice au cours de notre vie quotidienne.

La Ration Humaine de Synergy se place comme l’outil qu’il nous faut pour rééquilibrer la donne sur le plan diététique et nous réconcilier avec la bonne alimentation. Cette préparation naturelle hautement nutritive allie les bienfaits alimentaires de certaines céréales et plantes.

C’est une mixture céréalière associée à des graines et des plantes que l’on peut mélanger dans un yaourt, un jus ou une salade et ne substitue pas à un repas mais peut le compléter. En effet, la formule de la Ration Humaine garantit un apport sérieux en fibres,  en protéines végétales, vitamines,  et antioxydants ce qui la place comme élément nutritif à haute valeur ajoutée en terme de santé publique. En fait, plutôt que de  prendre plusieurs complément alimentaires et gélules de vitamines chaque jour, la Ration Humaine est tout à fait suffisant pour avoir une hygiène de vie saine. »

Propos recueillis par Mr Behlouli Zakaria, Docteur en Pharmacie et Expert en Nutrithérapie.

 Description et caractéristiques des ingrédients contenus dans la Ration Humaine :

  • Le Soja : Il est riche en protéines, vitamines, minéraux et lécithine, qui tonifie le système nerveux. Il contient également une hormone végétale naturelle (isoflavone) qui agit comme l’oestrogène dans le corps, aidant à réduire les symptômes associés à la ménopause. Il aide également à réduire le cholestérol sanguin et à la prévention et le traitement de nombreux cancers, en fournissant à l’organisme suffisamment de protéines, glucides, vitamines du groupe B, vitamine E et omégas 3.
  • La Graine de Lin : Elle est riche en acides gras essentiels type oméga 3, vitamines et minéraux. Il contribue à la régulation du transit intestinal, a des propriétés anti-inflammatoires, augmente l’activité du système immunitaire, et a la particularité de posséder une substance qui protège conre les tumeurs du sein, des ovaires et de la prostate.
  • La Levure de Bière : Par sa richesse en protéines et notamment en acides aminés essentiels, elle représente une des meilleures sources de protéines végétales. La levure de bière contient également des minéraux (et particulièrement du calcium, magnésium, fer, cuivre, phosphore et potassium) et des enzymes. Mais une particularité de la levure de bière est son extrême richesse en vitamines et notamment en vitamines du groupe B. Elle est particulièrement indiquée pour la beauté de la peau et des phanères (cheveux et ongles). Enfin, elle renferme des polysaccharides, particulièrement des glycanes et des mannanes, des substances qui peuvent avoir un effet intéressant sur le système immunitaire.
  • La Graine de Sésame : C’est un aliment riche en calcium et en phosphore. L’huile de sésame a dans sa composition des protéines de qualité biologique optimale, lécithine, vitamines A, E, B1, B2, la niacine et de minéraux. Elle renferme beaucoup de fibres, de calcium et de fer ce qui lui confère d’être un bon complément alimentaire. Il tonifie les nerfs, et lutte contre les rhumatismes et l’accumulation d’acide urique, la mauvaise mémoire, les hémorroïdes, la gastrite, les ulcères, la constipation, l’hypertension artérielle.
  • Le Blé : Son germe (cœur de la céréale) est un concentré vital qui renferme de la vitamine E et des polyphénols dont les effets ani-radicalaires sont connus. De plus, c’est une source de magnésium, de phosphore et de zinc. Le son de blé (enveloppe de la céréale) contient également de nombreux éléments nutritifs mais il est surtout reconnu pour réguler le transit intestinal grâce à ses fibres cellulosiques qui augmente l’hydratation et le volume des selles.
  • L’Avoine : L’avoine est une céréale très riche en fibres solubles, en anti-oxydants, en vitamines et en minéraux. C’est une source intéressante en magnésium, zinc, protéines, phosphore (nécessaire pour les os et les dents), manganèse, fer et sélénium (effet anti âge). Sa richesse en fibres permet de diminuer l’absorption des sucres et des graisses, et en plus de limiter le cholestérol. Il réduit également les ballonnements.
  • Le Guarana : Cette liane originaire d’Amazonie dont on utilise les graines du fruit renferme de la guaranine apparentée à la caféine qui permet de stimuler l’effort physique ou intellectuel sans exciter. Sa richesse en oligo-éléments et vitamines lui confère un effet coupe faim naturel. Sa caféine a également une action lipolytique et diurétique c’est-à-dire qu’elle brûle les graisses.
  • L’Açai : Cette étonnante baie est originaire aussi des forêts amazoniennes. Elle est appréciée pour ses prodigieuses propriétés sur la santé grâce à sa richesse prouvée en calcium, fer, vitamines B1, B2 et B3, vitamines C et E, ainsi qu’en acides gras essentiels. Cette baie contient aussi en quantité importante des phytostérols et des polyphénols qui ont démontré une action antioxydante bénéfique dans la lutte contre le vieillissement cellulaire et la protection des vaisseaux sanguins. Les anthocyanines qu’elle renferme agissent également sur l’absorption des graisses.
  • L’Agar-agar : Cette algue rouge est très prisée des japonaises qui  le reconditionne dans leur tasse de thé matinal pour son effet coupe-faim naturel. En effet, avec quasiment zéro calorie mais une grande richesse en minéraux, sa texture en gel favorise l’élimination des toxines et la digestion.
  • Le Cacao : La fève de cacao tire ses bienfaits santé des flavonoïdes qui sont des pigments végétaux capables de neutraliser une partie des dégâts faits aux cellules (qui peuvent mener à des maladies chroniques comme le cancer ou les maladies cardiaques). De plus, sa teneur en phényléthylamine serait bénéfique sur l’humeur et conduirait à un regain énergétique dans les muscles et dans le métabolisme du glucose.

 

La Ration Humaine est disponible sur le site nature-nutrition.fr

 

Interview spéciale : « Mincir avec les compléments alimentaires, pour ou contre? »

INTERVIEW SPECIALE

 

 

Mr Behlouli Z., Docteur en Pharmacie et Consultant Diététique pour les magasins Nature et Nutrition a souhaité répondre à la question suivante : Le complément minceur est-il utile ?

 

 

Le complément minceur est-il utile ?
Nous pouvons distinguer deux bonnes raisons qui justifient le choix d’un complément alimentaire indiqué pour la minceur :
- Favoriser la cure régime
Ce n’est pas évident de suivre un régime sur le long court. Nous nous rebellons via notre corps afin de quitter cet état de famine voulue.  On distinguera 5 difficultés à surmonter (que l’on évoquera plus bas) pour arriver à maintenir notre régime tout en optimisant ses bienfaits.
- Lutter contre le risque santé durant le régime
Dans un deuxième temps, le corps, luttant contre cette abstinence calorique, peut constituer un risque santé. L’emploi adapté et bien orienté des compléments alimentaires permettra de diminuer l’incidence des inconvénients et effets indésirables lié au régime.

Les 5 difficultés majeures liées à une perte de graisse.

Plus le gras s’accumule, plus il faudra un différentiel énergétique important afin de perdre un kilo et donc plus il sera difficile de maigrir. La règle d’or est de s’inquiéter et réagir suffisamment tôt avant l’accumulation de bourrelets disgracieux  au niveau de sa silhouette. Sur le long terme, seuls 10 % des individus en surpoids parviendront à perdre des kilos sans les reprendre après.  Il est dît que sur du long terme malheureusement 10% des personnes obèses ne reprennent pas leurs kilos perdus. Dans ces conditions, pourquoi les régimes ne marchent pas aussi bien ? C’est parce qu’à un moment donné du régime, nous sommes directement confrontés aux 5 difficultés liées à une perte de graisse et c’est dans cette perspective que le complément alimentaire minceur nous aidera à surmonter ces obstacles.  Nous pouvons d’ores et déjà citer ces difficultés qui sont : Appétit, Baisse du métabolisme, perturbations hormonales, réduction de la masse maigre, fatigue générale.

  • Appétit augmenté : L’interdît de certains aliments durant la phase régime va susciter une envie  psychologique plus forte de consommer ces aliments, notre cerveau nous dicte alors une augmentation de l’appétit afin de lutter contre cet état de « famine spécifique ». La difficulté est alors bien ressentie et cette impossibilité de gérer peut expliquer la majorité des régimes se traduisant en échec. La conséquence de cet état de frustration se traduit finalement par une reprise importante de poids et donc d’un sentiment de culpabilité alors que le corps pendant ce temps avait subi trop de pressions.  Une classe de compléments alimentaires minceur aurait eu son utilité : les modérateurs d’appétit.

 

  • Baisse du métabolisme : Lorsque les graisses corporelles remplacent les sucres en tant que carburant, ce changement est perçu comme une menace, puisqu’il témoigne d’une carence énergétique. Durant une carence énergétique, il faut comprendre sur le plan biochimique que les graisses de notre corps sont mobilisés préférentiellement et supplémentent les sucres en vue de carburant énergétiques.  Notre cerveau, organe consommant  énormément d’énergie (20% des besoins énergétiques quotidiens), face à cette situation délicate, va rationner ses besoins tant qu’il le pourra. Nos dépenses caloriques vont alors être réduites durant la phase hypocalorique qu’est le régime; une bonne partie de cette réduction énergétique environ 50% sera surtout liée à l’allègement de notre corps, plus on est léger moins nous avons besoin d’énergie pour subvenir à nos fonctions vitales. Mais 25% de la réduction des dépenses se traduisent par la pure économie : le corps ajuste ses dépenses par rapport au taux des calories qu’on lui apporte quotidiennement. Le taux calorique  apporté par jour est ajusté avec les dépenses énergétiques du corps qui diminue surtout l’activité de la glande thyroïdienne.  Cela a pour effet immédiat de diminuer la température du corps. En effet, La facture d’énergie s’avère moins « salée » quand on baisse le niveau du « thermostat ». Mais cet arrangement énergétique n’est pas bénéfique puisque la sous-productivité de l’activité thyroïdienne est en contrepartie néfaste pour la perte de poids. Des compléments alimentaires peuvent là-aussi agir à ce niveau puisqu’ils peuvent stimuler la thyroïde et donc favoriser la fonte des graisses.

 

  • Perturbations hormonales : Quand les régimes durent trop longtemps, les hormones qui mobilisent les graisses (Adrénaline et Noradrénaline) sont de moins en moins secrétées ce qui provoque une fatigue. A noter que l’on peut constater parallèlement une diminution du taux d’hormones thyroïdiennes ainsi que les hormones protégeant la masse maigre (GH, DHEA…). Le bilan hormonal se trouve alors bouleversé et peut être dangereux pour la santé. Nous pouvons alors que conseiller une activité sportive ce qui a pour effet de stimuler à nouveau la production de ces hormones. De plus, les compléments alimentaires à base de plantes à visée thermogénique (favorisant l’élévation de la température corporelle) activent leur sécrétion et sont aussi un bon moyen de rééquilibrer  cet environnement hormonal.

 

  • Réduction de la masse maigre (muscle et os) : Le régime a en théorie pour objectif de retrouver un poids de forme idéal se traduisant effectivement par une perte de poids mais également, et, il faut le souligner, de garantir une amélioration de sa silhouette. Cette garantie est aboutie en assurant pendant toute la durée du régime une tonicité musculaire au détriment d’une réduction de la masse grasse. Mais sur le terrain, la réalité est toute autre puisque les régimes sont souvent associés à une rhabdomyolyse (terme scientifique pour désigner une destruction des cellules musculaire) et une baisse de la densité osseuse expliquée par une augmentation des pertes urinaires de calcium. Ce rapport affligeant est d’ailleurs plus fréquent et important chez les femmes que chez les hommes. Un constat affirme que sur trois semaines de régime avec une diminution calorique de 40% et une perte de poids de 4 kg, 2kg correspondrait en réalité à une perte musculaire et osseuse ! On comprend mieux alors qu’une supplémentation précise sera nécessaire afin de préserver son capital musculaire et osseux.

 

  • Fatigue générale : La fatigue survient avec la diminution calorique car le corps avait trop pris l’habitude avant le régime de se servir immédiatement dans l’abondance calorique qu’on lui soumettait. Il peine alors davantage à se servir dans ses propres réserves énergétiques lors du régime. Le manque alimentaire va aussi avoir une incidence sur les difficultés d’endormissement, et de sommeil réparateur entretenant ainsi l’état de fatigue.  Ses troubles peuvent être gérés par la prise de compléments alimentaires spécifiques qui permettront de retrouver un bon état de forme général.

 

Propos recueillis le 23/12/2009 à Clichy-La-Garenne.

Comment choisir son huile alimentaire?

 

L’huile que recèlent l’olive et les autres graines oléagineuses : noix, sésame, tournesol, soja, courge est exprimée à froid après broyage à l’aide de presse à vis ce qui permet d’augmenter graduellement la pression sans échauffement, on parle alors de première pression à froid ce qui permet d’apporter les plus précieux acides gras insaturés (oméga 3 et 6), essentiels pour la santé puisqu’ils contribuent à prévenir des maladies cardiaques et neurologiques.
Par contre dans le cadre industriel, la seule filtration afin de recueillir l’huile vierge est remplacée par des chauffages et pressions successifs qui permettent d’avoir un rendement bien meilleur mais sous quelles conditions ? En effet, ces opérations industrielles par le biais de la chaleur, au dessus de 1000° C !, rendent les acides gras saturés qui deviennent inactifs sur le plan biologique et pire, contribuent au vieillissement cellulaire. De plus, les opérations d’extraction par solvants issus de l’industrie pétrolière et de raffinage (chauffages et solvants réactifs) assurent à l’huile une plus grande conservation. Une huile certes plus stable mais qui a perdu complètement son caractère propre comme son odeur, son aspect, et sa saveur d’origine.
La modification de l’huile est alors préjudiciable à tous les nutriments qu’elle contient comme la perte de la vitamine E,  saturation d’une partie de ces acides gras par hydrogénation, configuration différente (on passe d’une forme « cis » à « trans ») ce qui favorise l’augmentation du mauvais cholestérol ainsi que le développement des maladies vasculaires, infectieuses et parfois même cancers.
Pour le consommateur averti, les seuls critères de qualité d’une huile à retenir sont d’une part la provenance des matières, biologiques ou non, et d’autre part le mode d’obtention. La mention « huile vierge » vous garantit d’une extraction par pression et sans raffinage mais d’une opération de surchauffe qui modifie, comme nous l’avons vu, sa valeur nutritionnelle. Le mot « vierge » doit alors être complété sur l’étiquetage par la mention « première pression à froid ».

Passons en revue quelques huiles végétales que la nature généreuse nous fournit.

  • L’huile d’Olive : Très appréciée dans le Bassin méditerranéen (régime crétois), elle est excellente pour la régulation du cholestérol et la thyroïde. Sa forte teneur en acides gras mono-insaturés (omégas 9)  lui confère une bonne valeur nutritionnelle mais son point faible est qu’elle a d’acides gras poly-insaturés. Son point de fumée est de 190°C d’où la nécessité de bien contrôler en cas de cuisson : elle ne doît pas fumer. Elle supporte bien la chaleur mais attention une seule fois.
  • L’huile de Colza : Elle contient en quantité des acides gras mono-insaturés (acide oléique) et des poly-insaturés (oméga 3 et 6). Elle possède un bon équilibre de tous les acides gras et de la vitamine E. Elle apporte beaucoup d’oméga 3 végétaux. Elle ne supporte pas la chaleur, à n’utiliser qu’en assaisonnement.
  • L’huile de Tournesol : Riche en acides gras poly-insaturés, elle a également beaucoup de vitamine E. Très pourvue en oméga 6, elle devrait être consommée conjointement avec une huile de colza pour un apport en oméga 3. A la cuisson, elle accepte 130°C mais au-delà, elle est dangereuse. Ne jamais l’employer en friture. Dans le commerce, on peut la trouver en « spéciale friture » parce qu’associée à de l’acide oléique.
  • L’huile de Carthame : Les graines ressemblent un peu à celles du Tournesol. Peu connue, elle est pourtant très riche en acides gras poly-insaturés dont l’acide linoléique. Elle contient aussi de la vitamine E en grande partie. Elle a des qualités hypocholestérolémiantes mais il ne faut pas oublier à une huile riche en oméga 3. Elle ne supporte pas la chaleur et doît être consommée en assaisonnement.
  • L’huile de Noix : Elle est très riche en poly-insaturés (surtout en oméga 3 végétaux) mais fragile à l’air, à la lumière, à la chaleur. Son goût est très prononcé. Le rapport entre les acides gras oméga 6 et oméga 3 est excellent. En effet, on ne peut avoir une bonne santé que si les acides gras poly-insaturés sont en équilibre. 

Le bon ratio est d’environ 4 parts d’oméga 6 pour 1 d’oméga 3.

  • L’huile de Germe de Blé : obtenue par pression du germe de blé, élément vital du blé. Elle est une source exceptionnelle d’acide gras essentiels, de vitamines, d’acides aminés. Bienfait de la nature, elle est un puissant antioxydant par une présence incomparable en vitamine E.
  • L’huile d’Argan : Huile parfumée au goût de noisette qui nous vient du Maroc, se consomme crue et est très riche en vitamine E. Très utilisée en cosmétique car c’est une huile très spécifique pour la peau.
  • L’huile de Sésame : Elle possède un bon équilibre entre les acides gras mono et poly-insaturés qui voisine celui du colza. Elle renferme un puissant antioxydant le sésamoline qui avec la vitamine E conserve naturellement l’huile. Elle est parfaite pour les petites cuissons. En huile de massage, elle est idéale pour la peau.
  • L’huile de Palme : Très utilisée dans l’industrie agro-alimentaire et cosmétique, la culture de palmiers à huile en Asie est à l’origine d’un désastre écologique (déforestation et destruction de la faune locale). Cette huile qui en est extraite est riche en acides gras saturés mais contient également 50% d’acides gras insaturés. S’il est préférable de consommer des acides gras insaturés, le corps a tout de même besoin de corps gras saturés qui peuvent entrer dans l’alimentation à hauteur de 10% mais pour l’huile de palme, la consommation est devenue exagérée. De plus, le souci est que l’huile de palme rencontrée dans le cadre d’une alimentation conventionnelle est retrouvée hydrogénée et raffinée ce qui induit une pauvreté en vitamine E ainsi que la formation d’acides gras « trans » mis en cause dans les maladies vasculaires. En effet, ces acides gras « trans » sont très souvent retrouvés dans les biscuits, les gâteaux, les pâtisseries, les plats préparés, les pains industriels, les margarines… Utilisée raisonnablement, l’ huile de palme non hydrogénée souvent labellisée agriculture biologique n’est pas nocive ans le cadre d’un régime varié. Ce corps gras supporte les plus forte températures et qu’il est naturellement recommandé pour les fritures (mode de cuisson que nous n’encourageons pas d’ailleurs), et parfois pour son goût.

L’angélique Chinoise ou Angelica sinensis

L’angélique chinoise, appelée également Dong Quai ou « Ginseng de la Femme » est une plante poussant dans les régions montagneuses de la Chine. Très robuste, sa tige qui peut atteindre 2 mètres de haut se prolonge en plusieurs branches qui donnent de grandes feuilles subdivisées. Les pédoncules offrent des fleurs de couleur blanche virant au jaune présentées sous forme de magnifiques ombelles cylindriques qui fleurissent pendant l’été. Les fruits sont plats, ovoïdes et atteignent environ 1 cm de long.

La partie récoltée qui est la racine est la plus intéressante car c’est cette dernière qui possède les vertus médicinales. Cette racine qui peut être aussi épaisse qu’un bras contient un suc laiteux jaunâtre. Elle est généralement récoltée lors de sa troisième année, elle est alors lavée, coupée puis séchée.

Composition

Très riche en phyto-œstrogènes à fonction oestrogénique-like, l’Angélique chinoise contient également : des acides organiques, des flavonoïdes aux propriétés antioxydantes, des minéraux tels que le calcium, le cuivre, le fer, le magnésium, le manganèse, le phosphore, le potassium, le sélénium, le sodium et le zinc, ainsi qu’une large gamme de vitamines : le bêta-carotène précurseur de la vitamine A, l’acide ascorbique (C), le tocophérol (E), et toutes les vitamines du groupes B (B1,B2,B3,B5,B6,B8,B9,B12). C’est grâce à cette composition qui redonne énergie, force et vitalité que l’Angélique chinoise porte le nom du Ginseng de la femme par comparaison au ginseng qui est plutôt conseillé aux hommes.

Quelles sont les indications ?

L’angélique chinoise est un allié idéal pour la vie hormonale et génitale de la femme et cela à n’importe quelle étape de sa vie : à la puberté lorsque les règles sont retardées ou peu abondantes (dysménorrhée primaire), pendant la maturité féminine en absence de règles, irrégularités, crampes, spasmes, lors de la ménopause pour atténuer les différents troubles, et durant toute la vie pour sa libido.

Nombre de femme sentent un changement quelques jours avant l’arrivée de leur menstruations : c’est ce qu’on appelle le Syndrome prémenstruel. En effet, chaque mois à la même période de nombreux symptômes apparaissent : changement d’humeur, irritabilité, dépression, manque de concentration, fatigue, ballonnements, constipation, migraines, rétention d’eau, prise de poids douleurs aux ovaires ou à l’utérus, seins douloureux… autant de manifestations plus ou moins fortes qui peuvent êtres réguler naturellement par l’Angélique qui grâce à ses vertus analgésiques, antispasmodiques  et régulatrice du flux menstruel soulage et efface ses maux. Ses apports en vitamines et minéraux permettent en plus de redonner tonicité et vitalité à la femme.

Prenons aussi le cas de la ménopause qui est due à l’arrêt des règles et qui survient généralement vers la cinquantaine, son apparition génère trois types de problèmes :

_au niveau local : par exemple les soucis de sècheresse vaginale,

_au niveau général : le système endocrinien subit des changements et peut alors provoquer une prise de poids, les fameuses bouffées de chaleur qui apparaissent puis disparaissent sans cesse, l’ostéoporose…

_et enfin au niveau psychologique : la ménopause peut être vécue comme une étape assez difficile à passer, on angoisse à l’idée de vieillir, on est plus irritable, on a une baisse de libido, on a du mal à dormir… tous ces symptômes peuvent être traité par les bienfaits de l’Angélique. Contrairement aux traitements que peuvent prescrire de nombreux médecin, la phytothérapie est une alternative naturelle au traitement hormonal puisqu’elle est sans danger et sans effet secondaire. L’Angélique permet donc d’agir en douceur sur ces désagréments liés à la ménopause.

 

Ce sont donc ses différentes propriétés : antalgique, anti-inflammatoire, laxative douce, vasodilatatrice, stimulation de la circulation, régularisation du flux menstruel, stimulation hormonale naturelle et de la libido…qui font de l’Angélique une plante très active idéale pour la femme à tout âge.

Elle est la racine conçue pour le bien-être et l’équilibre de la femme.