Monthly Archives: mai 2015

Savez-vous de quel morphotype êtes-vous?

Savez-vous de quel morphotype vous êtes ?

 

Un chercheur scientifique au nom de Sheldon a émis une théorie selon laquelle notre morphologie influe et détermine notre personnalité et l’expérience somatique de chacun. Cette notion de morphologie est certes difficile à accepter dans sa totalité mais Sheldon a le mérite de s’interroger sur cette question selon laquelle l’anatomie est la destinée. En termes de morphologie et de personnalité, le chercheur distingue trois principaux types de base :

.

Le morphotype « endomorphe » représenté par un corps enveloppé, gras doué d’un centre instinctif, il est proche de la nature et apprécie la vie en communauté.

Le morphotype « mésomorphe » représenté par un corps ferme et musclé motivé par un centre dynamique d’émotions, il est combatif et passionné dans sa foi.

Le morphotype « ectomorphe » représenté par un corps sec et fin aux vertus mentales avec une prédisposition cérébrale.

Ces trois types ne sont pas exclusifs dans la nature et sont généralement imbriqués les uns aux autres avec de multiples combinaisons. Une approche simplifiée de ces morphotypes  nous permettra de comprendre leurs spécificités dans le domaine du sport.

 

Caractéristiques des morphotypes suivant le sport :

  • L’ectomorphe.

 

L’ectomorphe vue sa morphologie fine aura du mal à assurer sa protection physiquement ou même émotionnellement et ressentira plus aisément la peur d’autrui. Par contre, il a la capacité de résister à une pression psychologique plus que les autres parce qu’il peut bloquer ses impulsions physiques. Il a un puissant self-control mais leur système nerveux peut être dépassé ce qui se traduit souvent par des problèmes d’assimilation, de digestion  (prise de poids difficile) ou de sommeil (problème de récupération). On lui conseillera de pratiquer des exercices de respirations (meilleure digestion, intimité retrouvée), de manger des repas courts mais nombreux plutôt que des gros, de faire des pauses afin d’éviter les surcharges de travail.

Les ectomorphes se retrouveront préférentiellement dans des activités physiques, en aérobie, solitaires avec peu de contact comme la course sur de longues distances, le vélo. Leur force tient plus du fait de leur rapidité et agilité dans l’espace que de leur puissance musculaire. Ils sont souvent comparés à des oiseaux. La pratique du stretching, de la gymnastique ou même du  yoga est aussi conseillé afin de s’adresser préférentiellement à leur système nerveux plutôt que directement aux muscles. Bien sûr, l’ectomorphe radical est rare dans la nature et on constate que la plupart des individus justifient en général d’un amalgame ecto-endomorphe ou ecto-mésomorphe.

Du point de vue diététique, l’ectomorphe, justifiant d’une musculature sèche et d’une ossature fine, rencontrera des difficultés du mal à prendre du poids du fait d’un métabolisme trop rapide. Il faudra privilégiez les glucides dans ses encas protéinés.

  • Le mésomorphe

Le mésomorphe est plus charpenté et justifie d’une musculature plus prononcée ce qui le rapproche d’une morphologie de guerrier. Il privilégie son rapport au monde extérieur et semble moins attiré sur leur propre introspection. Il a un besoin constant de dépenses physiques et mise avant tout sur le travail musculaire afin de lutter par exemple contre des problèmes de santé (stress, tensions musculaires, hypertension, maladie du coeur…). L’inertie physique le dérange. Il a un sens inné pour la compétition par leur volonté et leur physique et doit être sensibilisé sur les périodes de repos ou de convalescence puisqu’il n’arrive pas à tenir en place par ce besoin constant de surmonter des obstacles physiques. Mais ces périodes sont importantes afin de récupérer sur le plan musculaire, muscles souvent trop tendus. Sur le plan sensitif et physique, il résiste aux contraintes externes en gérant sa douleur mais se montre agressif sur le plan humain. Le mésomorphe a une facilité pour pratiquer les sports physiques qui solliciteront volontiers leurs gros corps musculaires. Son modèle animal est celui du chien, animal familier qui passe facilement de l’état agressif voire violent à l’état amical et qui peut évoluer en meute avec toute la hiérarchie que cela suppose. Le mésomorphe s’intègre très bien dans une équipe puisqu’il sait obéir davantage aux règles du groupe.

Le mésomorphe est très à l’aise avec n’importe quel type de sport mais a une préférence pour les sports collectifs et sports de combat. Le goût du challenge et l’esprit de compétition font du mésomorphe un sportif hors pair mais il doît penser à gérer sa compétitivité excessive qui peut représenter un danger et générer des blessures quand il tente de dépasser ses limites physiques. Des massages en profondeur et des exercices de respiration seront appréciés afin de contrôler ses flux d’énergie et décharger ses tensions musculaires. Les arts martiaux ou l’escalade combiné par exemple aux pratiques du yoga seront alors un bon compromis pour ce morphotype.

Du point de vue diététique, le mésomorphe a un taux de masse graisseuse généralement faible et aura tendance a prendre facilement en masse musculaire et ce, tout en assurant un apport équilibré en protéines, glucides et lipides. En diminuant ses apports caloriques en phase sèche, il retrouvera facilement son poids de forme.

  • L’endomorphe

Les endomorphes, par leur une corpulence épaisse, sont plus sensibles à leur bien-être physique et aux relations amicales. L’endomorphe justifie d’un gros appétit  naturel et exprime facilement ses émotions tout en protégeant les autres. Son état se rapproche le plus de la nature, beaucoup de paysans ressemblent d’ailleurs à ce morphotype. Son modèle animal est l’éléphant qui est pacifique mais puissant, vît très bien en groupe mais peut devenir très violent s’il se sent en danger (instinct de protection). L’endomorphe est très attaché à l’appartenance du groupe et sait se montrer bon penseur et leader du groupe en essayant de trouver des solutions aux conflits internes. Par ailleurs, il a du mal à sortir de sa zone de confort voire de paresse, les sports non violents lui correspondent mieux comme la marche, la natation, le golf. Des exercices de renforcement musculaire sont recommandés au niveau de la sangle abdominale afin de protéger la région basse lombaire. La respiration doît remonter au niveau de la poitrine car trop axée au niveau ventrale. Les massages musculaires toniques permettent de le maintenir en état actif.

 

A noter que l’endo-mésomorphe bénéficie d’une force spectaculaire et met plus de temps pour se mettre en colère mais une fois celle-ci en place, elle a plus de mal à se dissiper. La boxe est un des sports qui lui correspond le mieux.

Du point de vue diététique, le mésomorphe rencontrera de grosses difficultés à perdre du poids du fait d’une grosse ossature et d’un taux de masse graisseuse élevé. En phase de sèche, un régime hypocalorique hyperprotéiné sera le meilleur atout pour y remédier.

Le miel de Manuka

Le miel de Manuka :

 Le manuka est un arbrisseau de la famille des Myrtacés poussant à l’état sauvage sur les terres vierges de Nouvelle Zélande. Il possède des feuilles odorantes et de petites fleurs blanches et roses très parfumées qui apparaissent au cours d’une floraison relativement brève de seulement six semaines.  A maturité il peut attendre 3 mètres de haut et résiste à des climats difficiles. Cousin du tea tree ou arbre à thé, dont on extrait une huile essentielle aux vertus dermo-cosmétiques bien connues, le manuka possède des propriétés uniques .

Sa découverte :

Connu depuis des siècles par les Maoris, ils en ont d’abord utilisé le bois pour son incroyable résistance puis l’ont intégré à leur médicine traditionnelle. Il était ainsi utilisé contre la fièvre, les problèmes urinaires, comme sédatif, diurétique, contre les inflammations et pour cicatriser les blessures de guerres (plaies, coups, entorses,…). Au 18ème siècle, le capitaine Cook fut l’un des premiers occidentaux à découvrir le manuka de Nouvelle Zélande.

Ses indications :

→ Ingéré, le miel de manuka soulage de nombreux maux au niveau de la sphère ORL: maux de gorge, voies respiratoires encombrées, toux… Il possède surtout un puissant pouvoir antiseptique et antibactérien (même face à certaine souche resistante comme le staphylocoque doré ou la bactérie responsable de l’ulcère gastrique). Il participe à la prévention des caries, gingivites et aphtes.

→ Appliqué en externe, il possède une puissante action cicatrisante sur les lésions cutanées ou brûlures superficielles.

Pour le miel de Manuka, il existe une méthode unique et rigoureuse de mesure de son efficacité, mise au point notamment à la suite des recherches du Pr P. Molan à l’Universite de Waikato en Nouvelle Zélande : L’indice UMF ou Unique Manuka Factor dont l’équivalent français est l’ IAA. Cet indice IAA mesure son activité non péroxydique. Celle-ci est la seule possédant un intérêt pour l’organisme humain, puisqu’elle elle est active in Vivo. La valeur de l’indice IAA va de 0 à 25 ; plus l’indice est élévé, plus son pouvoir antiseptique et immuno-stimulateur est important. Ainsi, un miel portant un indice 10+ possède une action identique à une solution aqueuse à 10% de phénol. C’est ce qui rend le miel de Manuka exceptionnel! Scientifiquement, à ce jour, aucun autre miel ne possède de telles vertus reconnues.

Comment l’utiliser? :

Indice du miel   de Manuka

Propriétés

Mode   d’utilisation

0 à 10

Ils sont à utiliser quotidiennement   pour la nutrition, le bien être général et le plaisir.

Consommez 2 à 3 cuillères à café par   jour.

10 à 20

Fortes propriétés médicinales. Pouvoir   antiseptique et cicatrisant puissant.

● Consommez 2 à 3 cuillères a café par   jour pour lutter contre les  infections (notamment au staphylocoque doré), maux de gorge, encombrements des   voies respiratoires, problèmes digestifs, ulcères… Il peut être employé toute   l’année en prévention ou en traitement des symptômes.

● En externe, appliquez directement le   miel sur la plaie nettoyée et couvrez avec une compresse stérile, il permet   de cicatriser une plaie ou brûlure superficielle.

20 et plus

Pouvoir antiseptique et cicatrisant   très puissant.

Il est utilisé dans certains  hôpitaux neo zélandais ou allemands en   application locale seulement sur les plaies ou brûlures importantes.

 

En plus de ses fabuleuses vertus, le miel de manuka présente une saveur différente de ce que nous connaissons, présentant une note d’eucalyptus associé à une texture crémeuse et onctueuse pour un miel très gourmand !

Notre alimentation et la fonte des graisses.

un coup de fourchette intelligentLa lipolyse ou la fonte des graisses.

Les graisses sont synthétisées par notre corps à partir des excédents de lipides et de sucres ; il n’y a pas de stockage de protéines et leurs excédents sont naturellement excrétés. Notre corps favorise toujours de la réserve graisseuse par mesure de préservation de l’intégrité et ce, quelle que soit l’alimentation ; une femme par exemple favorisera une réserve graisseuse pour une éventuelle grossesse. Cependant, lorsque ces excédents de lipides et de sucres deviennent trop massifs, cette réserve de gras devient envahissante et provoque une prise de poids. Il faut savoir que 10 000kcal représentent 1kg de masse grasse soit l’équivalent d’un travail musculaire de 10 000 kcal nécessaire pour faire « fondre » 1 kg de gras corporel stocké dont 50% (500g) retrouvé dans le derme. Cela demandera certainement du temps pour perdre ce kilo de gras excédentaire mais il faut tout de même noter que le surpoids s’obtient sur une période de temps étalé, et que la prise de poids est toujours plus facile que la perte.

Votre combat se fait contre son propre corps qui cherchera par tous les moyens de garder l’intégrité de cette réserve de gras. La diminution des apports caloriques ne seront pas probants au départ car on observera toujours un temps de latence avant que le déstockage de réserve graisseuse ne se fasse et ce délai est bien plus long pour les zones de stockage type ventre, fessiers, hanches. C’est pour cela, qu’un changement alimentaire en vue d’une perte de poids doit se faire sur le long terme plutôt qu’un régime court et occasionnel.

Gardons à l’esprit, que durant un régime alimentaire, le ratio en lipides, glucides et protéines doit être maintenu et qu’un déséquilibre ou une carence de ces éléments affectera la perte de poids puisque le corps compensera alors en puisant dans son propre patrimoine énergétique tout en préservant sa masse grasse.

Certains régimes sous le mode de jeûne aident à perdre du poids en déstockant de l’eau et du muscle, notre organisme court un grand risque de santé (carence, déshydratation, hypotension…). Effectivement la perte de poids peut être étonnante sur la balance mais en réalité la masse grasse excédentaire est très peu affectée. Il faut toujours privilégier les protéines afin d’éviter cette fonte musculaire.

 

Un exemple de régime à suivre :

  • Le Matin :

Thé ou Café avec ou sans lait demi-écrémé, sucrette

2 Tranches de pain complet légèrement beurré

1   Fromage Blanc 0% matière grasse

1 Fruit

 

  • Le Midi :

Crudités

½ assiette de Légumes vapeurs + ½ assiette de féculents (pates, riz, semoule… préférez les demi-complets)

2 tranches de jambon ou de blancs de dinde ou poulet, ou thon ou 4 surimis

1 yaourt 0% matière grasse sans sucre ajouté

 

  • Collation :

Thé ou café

Compote sans sucre ajouté ou fromage blanc 0% matière grasse

 

  • Dîner :

Crudités ou soupe de légumes

Assiette de légumes verts

Viande grillée, poisson vapeur, omelette (deux blancs pour un jaune)

1 Fromage blanc 0% matière grasse

 

Durant la journée, boire 1,5l d’eau plate. Utilisez des huiles riches en oméga 3 (noix, colza…)

Eviter les charcuteries, les viennoiseries, les sucreries, le pain blanc, le porc, le mouton ainsi que les plats saucés.