Les additifs alimentaires

Les additifs alimentaires :

Un additif alimentaire, selon l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), « est une substance qui n’est pas habituellement consommée comme un aliment ou utilisée comme un ingrédient dans l’alimentation. Ils sont ajoutés aux denrées dans un but technologique au stade de la fabrication, de la transformation, de la préparation, du traitement, du conditionnement, du transport ou de l’entreposage des denrées et se retrouvent dans la composition du produit fini. »

Leur apparition

Le XXème siècle est celui de l’industrialisation de la production alimentaire grandissante. Il est aussi le siège d’un bouleversement du mode de vie et l’agro-alimentaire, ou industrie de transformation, est devenue la solution aux tracas liés à la préparation des repas et à la conservation des denrées dans une société où tout va très vite. Avec la naissance de l’agro alimentaire, vont se multiplier les additifs alimentaires. On en compte plus de 600, classés en 27 catégories fonctionnelles. Ils ont soit un rôle direct dans la conservation de l’aliment :

* Antioxydants qui prolongent la durée de conservation des aliments en les protégeant de l’oxydation et des radicaux libres qui apparaissent naturellement au cours des réactions métaboliques des aliments,

* agents de rétention de la couleur qui stabilisent, retiennent ou intensifient la couleur d’une denrée alimentaire souvent en luttant contre l’oxydation,

* humectants qui empêchent les aliments de se déssecher. Ce sont souvent des substances très hygroscopiques.

* gaz de conditionnement, additifs gazeux dont l’intention est de protéger l’aliment des altérations notamment liées à l’oxydation.

* conservateurs qui luttent contre les altérations dues aux micro-oragnismes (antimicrobien, antimycoses, fongiostatique, antimoisissure,…)

* séquestrants qui limitent le rancissement.

 

Soit ils interviennent de manière indirect, c’est-à-dire qu’ils sont la pour améliorer la texture, la couleur, le goût, l’aspect participant alors au maintien des qualités organoleptiques du produit. Ce sont les colorants, les affermissants, les exhausteurs d’arômes

Comment les identifier ?

Ils sont nommés par un E signifiant que l’additif a été autorisé par l’union européenne suivi d’un chiffre correspondant à l’identité de l’additif. Leur utilisation est réglementée par l’Autorité Européenne de sécurité des aliments : pour chaque additif, elle détermine une dose maximale autorisée par jour qui correspond à la dose journalière que peut ingérer une personne toute sa vie sans qu’il n’y ait d’effets néfastes « constatables » sur sa santé. Cependant, la science et les données évoluent, au fil des années et des études menées, certains de ces additifs se révèlent très controversés…

Quels sont les risques ?

En cinquante ans, la production annuelle mondiale de ces additifs chimiques a été multipliée par 400 pour atteindre 400 millions de tonnes ! Autant dire qu’ils sont dans tous les aliments de tous les rayons de votre supermarché. Le problème est que sur 100.000 produits utilisés par les indutriels, seuls 935 ont été évalués. Les risques ne sont donc pas (ou peu) connus. En revanche, les conséquences sont bien visibles : ces quarantes dernières années, des chercheurs du CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) ont mis en evidence le « boum » des maladies chroniques (diabète, cancer,…) et neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson,…) concordant avec la mise en place du modèle industriel qui caractérise notre société. Ainsi, selon le CIRC, 80 à 90% des cancers sont liés au mode de vie et à l’environnement, l’alimentation en tête. Leur réglementation présente donc de grosses lacunes dont les conséquences sont lourdes…

Quelques exemples précis

Il est avéré que le sulfate d’aluminium E523 est en lien avec le déclenchement de la maladie d’Alzheimer : il est pourtant autorisé et fréquemment utilisé en tant que stabilisant ou affermissant ! Le gallate de propyle E310 est un antioxydant utilisé en France, qui protège les lipides contre les radicaux libres et est parallèlement classé comme «probablement cancérigène » par le CIRC. E319, E320, E173, … sont autant d’exemples d’additifs dont les effets cancérigènes sur l’Homme sont prouvés et pourtant présents dans les produits de notre quotidien. Il est à noter qu’après étude des nombreux additifs alimentaires, beaucoup de ceux considérés comme hautement ou probablement préjudiciables à notre santé sont retrouvés dans des aliments destinés aux enfants (bonbons, gâteaux, chocolat et dérivés).

Que faire ?

La seule manière de se lutter face à cela est de savoir exactement ce que l’on met dans son assiette notamment en lisant attentivement les étiquettes et en privilégiant le « fait maison ». Les produits exclusivement issus de l’agriculture biologique sont une bonne alternative car, par définition, exempts d’additif de l’industrie chimique. En France, une trentaine d’additifs sont tout de même autorisés en bio, considérés comme étant indispensables à l’élaboration de certaines préparations. Cependant, il s’agit d’additifs d’origine agricole ou naturelle tels que: la pectine, l’agar-agar, la vitamine C, l’acide citique (issu du citron), etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>