La flore intestinale : quand les bactéries sont indispensables à notre vie.

Généralités

La flore intestinale est un microbiote peuplant notre tube digestif a hauteur de 100 000 milliards de bactéries soit 10 fois plus qu’il n’y a de cellules dans notre corps ! A elles seules, elles représentent un poids de 1,5kg ! Elle possède des rôles si importants que certains scientifiques se posent la question de la considérer ou non comme un organe à part entière.

Acquisition

Le fœtus a un tube digestif dépourvu de micro organismes, ce n’est qu’à la naissance et pendant les premiers jours de vie que la colonisation se fait atteignant en quelques semaines une complexité presque equivalente à celle d’un adulte. L’environnement avec lequel le nourrisson est mis en contact et le type d’alimentation qui lui est donnée influencent grandement la composition du microbiote. La flore d éfinitive est acquise au cours de la deuxième année de vie.

On distingue deux grandes familles de bactéries :

Les bifidobactéries : parmi elles, une trenteines d’espèces sont dénombrables. Elles possèdent des actions multiples. Leur bon fonctionnement prévient de troubles du transit intestinal tels que la diarrhée. Leur influence est positive sur le système immunitaire : elle augmente l’activité phagocytaire périphérique c’est-à-dire qu’elle augmente la capacité du corps a lutter contre des éléments étrangers (bactéries, virus, …) ; de plus elles préviennent des inflammations du côlon.

Les lactobacilles : elles produisent plus d’acide lactique que les bifidobactéries. Elles préviennent de différents types de diarrhée et des mycoses car constituent une barrière « d’entrée » protectrice de la flore intestinale. Parmi cette famille, chaque espèce à sa spécificité et notamment L.acidophilus qui participe à la diminution du taux de cholestérol LDL en améliorant son assimilation puis son excrétion.

Tous égaux ?

Il a été démontré que la composition du microbiote et sa capacité à exercer son rôle immunitaire chez le nourrisson n’est pas la même si ce dernier est nourris au sein ou avec des préparations infantiles. En effet, un nourrisson allaité présentera par la suite dix fois moins de diarrhées graves, moins de gastro-entérites, sera moins sujet aux allergies, aux maladies auto-immunes (diabète, sclérose en plaques, certains cancers,…) et possèdera une réponse immunitaire plus performante. Comment expliquer cela ? Le lait maternel apporte différents éléments à notre microbiote que l’on ne retrouve pas dans les préparations industrielles pourtant très contrôlées et toujours plus enrichies. Parmi ces éléments :

Des anticorps et autres substances capables d’inhiber la croissance de certains germes comme la lactadhérine contre le rotavirus ou les oligosaccharides contre les candida albicans ou E.coli.

→ Un apport conséquent en cellules immunitaires (macrophages, leucocytes) qui détruisent les corps étrangers qui menacent notre santé.

La caséine kappa notamment qui empêche l’adhésion d’une bactérie nommée Helicobacter pylori responsable d’infection chronique de l’estomac ou encore des pneumocoques responsables d’infections respiratoires.

→ De nombreux facteurs de croissance accélerant la cicatrisation de la muqueuse.

Entre autres…

Probiotiques/Prébiotiques

Les bactéries et levures qui colonnisent notre tube digestif sont des probiotiques. On l’a vu, leur rôle immunitaire nous est vital. Le microbiote régule également le renouvellement et la bonne épaisseur de l’intestin. Il a un rôle de barrière contre la pullulation bactérienne qui pourrait envahir notre tube digestif avec des conséquences graves pour notre santé. Enfin, il est responsable de la fermentation de nutriments non digestibles comme les polysaccharides, fructo-oligosaccharides, inuline, à l’origine de la formation de molécules bénéfiques. Même si la flore intestinale est maintenue tout au long de la vie, son renouvellement est indispensable car chaque jour il existe une perte fécale importante de bactéries issues du microbiote. La consommation de prébiotiques est essentielle à cela. Les prébiotiques sont justement les produits de cette fermentation et ceux qui assurent la régénération et la prolifération des colonnies. Nous sommes capables de les fabriquer suite à la consommation d’aliments tels que les poireaux, les oignons, les asperges, l’ail et la chicorée.

Quel est l’impact des antibiotiques ?

En général, on prend des antibiotiques lorsque notre organisme n’arrive pas à lutter face à une bactérie pathogène. Les antibiotiques sont des substances bactéricides c’est-à-dire qu’elles tuent les bactéries. Le problème est qu’ils ne savent pas distinguer les « bonnes » des « mauvaises » bactéries : elles détruisent toutes celles qu’elles rencontrent. Au contact de notre microbiote, les antibiotiques opèrent alors une destruction importante. Il est donc important, après ce type de traitement médicamenteux, de faire une cure de probiotiques afin d’aider au renouvellement de notre équilibre microbiotique.  Attention : de nombreuses bactéries peuplant notre tube digestif sont aussi responsables d’infections graves (Escherichia Coli est une bactérie qui peut être très néfaste et quantitativement la plus importante au sein de notre microbiote !). Voila pourquoi la régulation et l’entretient de notre flore sont si importants ; si certaines souches se développent de manière anarchique, elles peuvent devenir pathogènes. En revanche, sous un certain seuil (propre à chaque espèce) elles nous sont bénéfiques.

Les études concernant le microbiote continuent afin de mieux comprendre le fonctionnement complexe de ce monde bactérien dont nous ne connaissont encore que les rudiments. Depuis peu, des chercheurs ont mis en avant des modifications notables de la flore intestinale correspondant à des pathologies particulières : l’obésité, maladie de Crohn, la diarrhée, la gastro-entérite, le côlon irritable. De nombreux troubles seraient donc directement dépendants de son bon équilibre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>