Le Goji : La Baie aux multiples secrets.

Le Goji : Un « super » Fruit.

 

La baie de Goji se distingue comme un fruit rouge orangé (arrivé à maturité) d’un petit arbrisseau le Lyciet commun ou Lycium Barbarum qui pousse en Méditerranée européenne, Turquie et Chine. Le goji de la région chinoise Ningxia est partculièrement apprécié car cette région reste une zone de culture privilégiée par sa géolocalisation (altitude, exposition solaire, irrigation ancestrale).

 

La baie de Goji est un concentré de mélange nutritionnel dont l’intérêt de est avant tout de fournir tous les micronutriments, antioxydants et principes immunostimulants qui manquent à notre alimentation quotidienne toxique, carencée, déséquilibrée, oxydée et oxydante, acidifiante… et de plus sous forme naturelle.

 

Ce «super aliment » a la capacité de réunir :

- 19 acides aminés (constitutifs des protéines) dont les 8 AA essentiels ne pouvant

être synthétisés par l’organisme (phénylalanine, leucine, méthionine, lysine,

isoleucine, valine, thréonine, tryptophane)

- 21 minéraux et oligo-éléments (fer, cuivre, magnésium, manganèse, zinc,

…)

- une gamme complète de caroténoïdes, dont le bêta-carotène (précurseur de la

vitamine A), la lutéïne et la zéaxanthine (protectrices majeures de la vision)

- des vitamines du groupe B (B1, B2, B6)

- de la vitamine C (acide ascorbique) et de la vitamine E (tocophérol)

- des acides gras essentiels dont des omégas 3

- de la bétaïne (ou lycine ou triméthylglycine, précurseur de la choline et régulatrice

de l’homocystéine, dont le taux sanguin est un excellent indicateur du risque cardiovasculaire)

- 22 molécules complexes polysaccharidiques, dont 4 spécifiques, à l’action antiâge

majeur, stimulateur des défenses naturelles

- du bêta-sitostérol, régulateur de la tension artérielle et du métabolisme du glucose

et du cholestérol

- de la solavétivone, antibactérienne et fongicide

- de cypérone (sesquiterpène à visée cardiovasculaire, régulation de la tension

artérielle, ménopause et dysménhorrées)

- de la physaline (défenses naturelles et système sanguin)

 

La meilleure façon de consommer le goji sera sous forme de baies séchées, qui pourront être simplement croquées telles quelles au petit déjeuner ou en « collation coupe-faim » à n’importe quel moment de la journée.

Suivant le goût personnel, les baies pourront être réhydratées et infusées dans de l’eau très chaude jusqu’à ramollissement. Pour les personnes souffrant de fragilité intestinale ou de diverticules, l’infusion pourra être filtrée avant absorption, ce qui évitera le passage des graines dans le tube digestif.

Consommer quotidiennement des baies de Goji est une solution facile d’enrichir naturellement son alimentation en anti-oxydants. La mesure en unités ORAC des baies de Goji (l’indice ORAC ou Oxygen Radical Absorbance Capacity évalue le pouvoir antiradicalaire) atteint 30 000 unités pour centgrammes, soit huit fois plus que la myrtille qui est déjà pourtant une championne de sa catégorie. Sa mesure de « vitalité » par taux vibratoire est elle aussi impressionante et culmine à plus de 300 000 unités Bovins alors que l’alimenation bio est de 12000 et la culture industrielle à peine de 5000.

Par leur richesse en substances antiradicalaires, les baies de Goji ont de toute évidence un rôle à jouer dans la prévention et peut-être le traitement de la maladie d’Alzheimer, de nombreuses études scientifiques multiplient de nombreuses observations qui toutes confirment les effets bénéfiques traditionnellement attribués au Goji.
Les études principales ont porté sur :
l’action anti-âge générale (coeur, foie, reins, cerveau, système musculaire, articulaire et ostéoligamentaire, libido),
la régulation de la glycémie et du cholestérol
le contrôle du métabolisme et du cycle de la vie cellulaire (par activation des mécanismes de l’apoptose, de la stimulation des NK cells chargées de détruire les cellules déficientes, par protection contre les radicaux libres),
la stimulation des défenses naturelles,
la lutte contre le vieillissement précoce (par stimulation de l’hormone de croissance),
la régulation de l’humeur et du sommeil (par action sur les neurotransmetteurs cérébraux),
la détoxication,
l’équilibre alimentaire (en luttant contre les points noirs de l’alimentation industrielle : toxicité, déséquilibres, carences, oxydation, acidose).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>