L’angoisse : Conseils en phyto.

ANGOISSE, STRESS et PHYTOTHERAPIE.

 

  1. Introduction

 

L’angoisse est un état conscient ou inconscient de peur. Elle se distinguede la peur par le fait que dans l’angoisse l’objet de la peur est le plus souvent méconnu. C’est une réaction d’alarme vis-à-vis d’un danger inconnu, plus ou moins imaginaire, qui s’accompagne de manifestations somatiques et psychiques. Son intensité va de l’anxiété légère à l’état de terreur, souvent appelée “peur panique”. La peur panique est une angoisse aiguë tellement intense qu’elle paralyse le sujet. Ceci se passe chez un sujet atteint d’une manifestation névrotique. Les troubles de panique sont des attaques d’angoisse aiguë, imprévisibles, de courte durée, de forte intensité, récidivantes.

  • Etiologies (causes)

L’anxiété généralisée : six mois d’histoire de symptômes anxieux, maissans attaques de panique, avec des symptômes d’appréhension et des troubles neurovégétatifs.
Angoisse liée à une somatose (douleur d’organe psychogène non hystérique (la plus grave : fibromyalgie)
Terreurs nocturnes chez l’enfant
Les phobies comme l’agoraphobie, la claustrophobie, etc. Les troubles phobiques sont une peur intense avec tentative d’éviter des objets ou des situations spécifiques.
Les troubles obsessionnels compulsifs,
Le syndrome de sevrage,
Toute pathologie psychiatrique peut s’accompagner d’angoisse : Angoisse liée à la dépression, les psychoses, les démences (comme la maladie d’Alzheimer) s’accompagnent aussi d’angoisse qui devient là très intense et le comportement vis-à-vis de cette angoisse est intense mais variable dans son expression.

  • Symptômes

Il existe des signes neurovégétatifs
- sudation, sécheresse de bouche, envie d’uriner, sensation d’étouffement,
palpitations, salivation importante, sensation de chaud ou de froid, douleurs, vertiges, ballonnements, tics, etc..
Les signes typiques sont souvent absents comme les tremblement des extrémités, besoin de s’enfuir, et pensées angoissantes. Un signe est fréquent, l’insomnie. L’inhibition (ou blocage des actes de la vie) n’arrive que dans des pathologies plus intenses.

  • Traitement

La phytothérapie accompagnée d’une prise en charge psychothérapique peut prendre en charge certaines angoisses.
Les psychothérapies à appliquer sont surtout une psychothérapie selon le type de pathologie par le verbe, yoga, tai-chi, massage et psychothérapie corporelle (somatothérapie) qui recentre les problèmes à travers le corps et l’expression.
Artthérapie ; ergothérapie, dessin, musique, danse thérapeutique
La psychanalyse n’est pas une technique de thérapie, mais peut être thérapeutique. Elle nécessitera cependant beaucoup de temps pendant lequel une pharmacothérapie sera nécessaire.

Somatanalyse et travail reichien sont des analyses plus thérapeutiques et
plus rapides. Travail d’individuation.

La phytothérapie devrait toujours être la première pharmacothérapie à appliquer tant que le sujet n’a pas une angoisse trop évoluée dans l’intensité.
- éventuellement de l’acupuncture
- prendre des oligo-éléments.

Conduite d’une pharmacothérapie à base de plantes
La phytothérapie s’adressera aux angoisses légères, qui se traduisent le plus souvent par une insomnie ou des palpitations, vertiges légers, etc… Commencer par une approche psychothérapique et des sédatifs d’origine végétale est d’ailleurs le plus adapté. Les sédatifs naturels ne cachent pas une autre pathologie qu’il serait imprudent de ne pas traiter.

Arsenal thérapeutique
Dans notre arsenal thérapeutique il y a de nombreuses plantes qui entrent en ligne de compte. Les unes ne se prendront que par tisanes, les autres sous forme d’extrait, et même certaines uniquement sous forme d’huile essentielle.

Parmi les plantes sédatives majeures :
Sous forme de tisane : la feuille de mélisse, la fleur d’oranger, la racine d’angélique, le tilleul. Parmi les plantes utilisées en extrait (extrait fluide ou extrait sec) : la valériane, la passiflore, l’Eschscholtzia, la ballotte, le lotier corniculé, le houblon, le millepertuis, le kawa, l’aubépine, et à un moindre degré le coquelicot, le gelsémium, le mélilot.

Parmi les Huiles essentielles : la lavande officinale, l’oranger, le néroli, la camomille, la marjolaine.

Monothérapie ou non de plantes avec :

Aubépine :
L’aubépine agit de façon spasmolytique (sur les vaisseaux !) et comme antitachycardique. C’est cet effet de ralentissement du rythme cardiaque qui entraîne secondairement un effet “sédatif”, comme le font les bétabloquants dans le trac. L’aubépine ne se prescrit donc surtout quand il y a une notion de palpitation parmi les symptômes anxieux.

Valériane
Les effets de la valériane sont très variables en clinique, alors que l’expérimentation en laboratoire montre bien un effet sédatif qui
physiologiquement se traduit par une moindre consommation del’oxygène par les cellules nerveuses. La valériane cliniquement peut avoir un effet sédatif, peut entraîner une somnolence dans certains cas ou ne pas avoir d’effet du tout.
.
Mélisse
La mélisse semble être la plus efficace en tisane. Les extraits secs peuvent être spasmolytiques, mais leur effet sédatif,
voire anxiolytique, n’a pas été démontré. Il est de coutume de se servir de la tisane de mélisse comme d’un excipient “actif” pour la prise de plantes sédatives en solution liquide.

Eschscholtzia
En extrait sec, il serait plus inducteur du sommeil que vraiment sédatif.

Houblon
Le houblon est préconisé par les pharmacopées comme inducteur du sommeil léger. Et, pourtant il s’agit d’une drogue sédative autant chez la femme que chez l’homme (où il serait même anti-androgénique). Il a un effet sédatif intéressant. Il faut cependant quelquefois augmenter la dose et ce phytomédicament devient difficile à prendre en raison de son amertume.

Passiflore
Se prononcer sur la passiflore est difficile. Elle est le plus souvent utilisée en association avec d’autres plantes. En tisane, la passiflore semble assez efficace.

Millepertuis
Le millepertuis aussi a subi l’intervention de l’Agence du Médicament qui aujourd’hui autorise son emploi dans certaines conditions. Le millepertuis est lui aussi au moins sédatif, puis à dose adéquate et sur le long terme, il devient un phytomédicament antidépresseur.

Utilisations d’huiles essentielles
Les huiles essentielles peuvent être utilisées avec intérêt aux autres principes actifs. En raison du maniement difficile des huiles essentielles , il est parfois important de ne pas établir de mélange d’huiles. La meilleure façon de prendre de l’huile essentielle est une préparation dans de l’alcool à prendre sur un sucre : mais aussi sous forme d’huile essentielle pure à mettre dans une tisane.

Néroli : trois fois 3 gouttes, ou
Lavande :trois fois 5 gouttes, ou
Oranger (orange douce) : trois fois 6 gouttes, ou
dans une tisane de Marjolaine ou de Tilleul, 3 à 4 fois par jour.

Autres plantes sédatives
Il est possible d’utiliser les huiles essentielles ou les plantes en contenant : angélique, saule, mélilot.
Dans toute pathologie avec angoisse il est possible de prescrire cesplantes mais on préférera effectivement les utiliser dans l’angoisse de la ménopause, ou dans un contexte d’hystérie.

Traitement par des tisanes
Ce type de traitement s’adresse à une anxiété légère permanente, ou sert comme agent actif excipient pour une teinture ou des gouttes d’huile essentielle.on utilise le plus souvent : la tisane de lavande, de tilleul, de mélisse, de fleur d’oranger, ou sous forme de mélange :   Valériane, passiflore, oranger par exemple. On prend 1 cuillerée à café pour une 1 tasse d’eau bouillante, l’infusion dure 1/2 heure. On en prend trois fois par jour.

Traitement de l’angoisse chez les enfants
Il s’agit le plus souvent de peur liée à une situation particulière comme les peurs nocturnes. Dans ce cas il peut y avoir difficulté d’endormissement mais aussi réveille précoce avec angoisse aiguë.On peut proposer l’infusion suivante :Mélisse, Lavande, Passiflore à raison de 1 à 3 tasses par jour en prenant 1 cuillerée à soupe de mélange pour 200ml d’eau bouillante, infusion de 15 minutes.

Phytobalnéothérapie
L’utilisation de bain calmant peut être d’un secours certain chez les personnes nerveuses qui peuvent prendre un tel bain dans la journée ou avant le coucher. Ce type de bain à ne pas prendre plus de 20 minutes estrelaxant. Nous utiliserons dans l’eau du bain à raison de deux gouttes une ou deux des huiles essentielles suivantes : huile essentielle de Pin, de lavande, de camomille, de fleur d’oranger. Les symptômes nerveux des enfants et des adultes peuvent par exemple bénéficier de bain type fait avec une infusion de lavande, fleurs d’oranger, de camomille et mélisse, à parts Egales, on prépare 1 litre d’infusion de 20 minutes que l’on mélange au bain avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande. Le massage à base d’huiles essentielles peut se faire aussi au niveau du plexus solaire ou du cou. Les huiles essentielles de Camomille, Marjolaine, Romarin, Ylang-ylang, ou le mélange : Camomille, Lavande, Orange, bois de rose peuvent être employés.

Comme il est d’usage on associera aussi un traitement par oligoéléments : Manganèse Cobalt ou magnésium le jour, et Lithium le soir et au coucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>